La norme 802.11b et le sans fil !

Vendredi 21 février 2003, par Marc Revial // En clair

En 1997 l’élaboration du standard IEEE 802.11 pour les réseaux sans fil et son développement rapide fut un pas important dans le développement de tel réseau.. Il a ainsi permis de mettre a portée de tous un vrai système de communication sans fil pour la mise en place des réseaux informatiques hertziens. Ce standard a été développé pour favoriser l’interoperabilité du matériel entre les différents fabricants ainsi que pour permettre des évolutions futures compatibles un peu à la manière de l’ethernet. Ceci signifie que les consommateurs peuvent mélanger des équipements de différents fabricants afin de satisfaire leurs besoins. De plus cette standardisation permet d’obtenir des composants a bas coût ce qui se traduit par des prix plus faibles pour le consommateur.
Le standard définit un choix de différentes couches physiques. Celles -ci sont au choix DSSS (Direct Sequence Spread Spectrum, ou FHSS (Frequency Hopping Spread Spectrum). Dans un premier temps la norme spécifiait pour le DSSS un taux de transfert de 2Mbps avec un taux optionnel de fallback à 1Mbps dans des environnements très brouillés, alors que le taux de transfert était de 1Mbps pour le FHSS. La plupart des vendeurs ont choisis d’implementer le DSSS après qu’une nouvelle version du standard (la 802.11b High Rate) permettant d’obtenir des taux de 5,5 et 11Mbps fut adoptée, Celle-ci présentait l’avantage de garder la même couche physique. Ces deux normes sont bien sûr compatibles et peuvent coexister sur un même réseau. Elles travaillent toute deux dans la bande ISM de 2.4GHz (2.4000GHz-2.4835GHz) qui est normalement allouée à travers le monde pour des opérations sans licences.

Le protocole 802.11 est très robuste et plein de fonctionnalités. Il présente de nombreux avantages permettant de minimiser les interférences, de maximaliser la bande passante sur les canaux. Le 802.11 peut travailler de manière transparente avec l’ethernet à travers un pont, ou un point d’accès, de manière à ce que tous les éléments avec et sans fils puissent interagir.

Roaming-Itinérance

La norme 802.11 permet de "roamer" entre plusieurs points d’accès étant sur le même ou sur différents canaux. Par exemple toutes les 100ms le point d’accès peut transmettre un signal de balise (beacon signal) qui contient une marqueur temporel pour la synchronisation avec le client, une carte de trafic, une indication des taux de transfert supportés, ainsi que d’autres paramètres. Le client en roaming peut utiliser ce signal pour déterminer la puissance de sa connexion avec la station de base. Si ce signal est jugé insuffisant ou faible le client en roaming peut décider de s’associer à une nouvelle station.

Power management

Le 802.11 ajoute des fonctionnalité de power management pour augmenter la durée de vie des batteries. Les schèmas d’économie d’énergie habituels posent des problèmes avec les système WLAN. Ceux-ci mettent généralement le système en mode veille (peu ou pas de courant consommé), lorsqu’une inactivité se produit pendant une période de temps définissable par l’utilisateur. Malheureusement lorsque le système est dans cet état, il peut manquer des transmission d’informations importantes.
Afin de supporter les clients qui entrent en mode veille régulièrement, le 802.11 inclut un buffer (tampon) dans la borne d’accès afin de stocker les messages du client. Les clients en mode veille doivent récupérer ces messages à intervalles réguliers. Les bornes d’accès ont un mécanisme pour effacer les messages qui n’aurait pas été recupérés après un certain laps de temps.

Wired Equivalent Privacy- Confidentialité des données équivalente aux réseaux câblés

Une importante question que l’on peut se poser lorsque l’on met en place un réseau sans fil, est : Quelle est la sécurité d’un tel système ? Tant que le réseau est câblé peu d’inquiétudes surgissent, mais dès que celui-ci passe par les airs une certaine anxiété arrive. Après tout généralement on peut mieux surveiller quelque chose d’observable. Le standard définit un mécanisme par lequel le WEP peut être atteint. Celle ci correspond à un encryptage 40bit RC4. Si le WEP est mise en oeuvre alors toutes les données transmises sont encryptées. Toutefois une étude de l’université de Californie à Berkeley a démontré qu’il existait une faille de sécurité pouvant compromettre la confidentialité de données transmise sur le WLAN. On peut noter que l’utilisation de cette faille est assez compliqué a mettre en oeuvre et que la norme n’avait pas pour but de faire de ce type de réseau un système point à point complètement sécurisé. De toute façon si l’importance des données transmises le requiert des mesures supplémentaire d’authentification et d’encryptage des données doivent être prises. Une norme supérieure d’encodage des données est en train d’être mise en place pour remédier à ce problème.

Interopérabilité

L’un des plus grand avantage du standard 802.11 est la capacité pour des produits venant de fabricants différents à opérer entre eux. Ceci signifie que vous pouvez acheter des cartes WLAN de fabricants différents et les utiliser pour communiquer et ce quelque soit la marque de la borne d’accès. Ceci permet à l’utilisateur de trouver le matériel répondant spécifiquement a ses besoins. Il a été dit dans le passé que la compatibilité n’était pas parfaite, ce n’est plus le cas aujourd’hui avec le 802.11b (High Rate), ou la plupart des équipements ont passé les tests de compatibilité.

Le futur

Comme mentionné plus haut la norme 802.11 évolue de manière rapide, certaines normes utilisent maintenant la frequences de 5ghz.
Comme nous allons l’expliquer dans un nouvel article.